Des skippers de renoms, des équipiers d’exception

Le plateau de la Route des Princes - Conference de presse de Paris
© Route des Princes
Pour la première édition de la Route des Princes, course exclusivement réservée aux multicoques, l'ambition des organisateurs était de réunir les meilleurs équipages de Multi50 et de MOD70. Le défi est relevé puisque tous - ou presque - seront alignés au départ de l'épreuve, le 9 juin prochain. Grands noms de la planète voile ou amateurs éclairés, ils seront une quarantaine à s'affronter entre Valence et la baie de Morlaix, via Lisbonne, Dublin - Dún Laoghaire et Plymouth.

Un parcours de 3 045 milles sur lequel on retrouvera également l'équipage du Maxi 80 Prince de Bretagne qui leur ouvrira la voie sur cette course d'un nouveau type, riche de rencontres et de temps forts, capable de mettre en valeur les échanges entre la mer et la terre, ceux-là mêmes qui entretiennent la richesse des terroirs

La classe Multi50 a cette particularité de rassembler, au sein d’une même flotte, amateurs, skippers aguerris et marins de renom. Compte-tenu du format de la Route des Princes – trois semaines de compétition -, ce sont surtout des navigateurs issus des deux dernières catégories que l’on retrouvera sur l’eau autour de l’Europe. En tête de liste, Lalou Roucayrol dont le nouveau bolide Arkema-Région Aquitaine, mis à l’eau en mars 2013, est évidement très attendu. Autre grand habitué des podiums et figure incontournable de la classe : Yves Le Blévec.

On se souvient notamment qu’en 2011, outre le Défi du Prince et l'Estuaire Challenge Multi, le skipper d’Actual a remporté la dixième édition de la Transat Jacques Vabre malgré un démâtage survenu quelques semaines auparavant. Pas étonnant, donc, que ses adversaires le redoutent autant que sa pugnacité. Erwan Leroux sur FenêtréA-Cardinal est, lui aussi, un sérieux prétendant à la victoire à la barre de l’ex Crêpes Whaou!

3, un bateau que le navigateur connait parfaitement bien pour en avoir supervisé toute la construction et la mise au point, et avec lequel il a déjà brillé, notamment lors la Transat Québec – Saint-Malo 2012. Tous devront contenir les attaques de Rennes Métropole - Saint-Malo Agglomération (ex Prince de Bretagne), de Gilles Lamiré. Nouvel arrivant dans la classe Multi50, ce dernier n’en demeure pas moins un marin expérimenté en grand multicoque - il a notamment bouclé deux Route du Rhum en Multi 60’. On vous le dit, sur l’eau, ce sera chaud!

Même topo en MOD70, classe dont le concept simple - « Tous à armes égales sur la planète océan » - a attiré les plus grands noms de la planète voile depuis 2011, date de la mise à l’eau de la première unité. Sébastien Josse, Yann Guichard, Sidney Gavignet ou encore Jean-Pierre Dick font partie de ceux qui se sont lancés dans l’aventure et qui s’aligneront, le 9 juin prochain, en Espagne, au départ de la Route des Princes, un tour de l’Europe qui fait suite à celui que la plupart d’entres eux a bouclé en septembre 2012. Reste que, contrairement au précédent, qui avait été remporté par l’équipage de Michel Desjoyeaux sur Foncia, celui-là aura lieu dans le sens sud-nord. Sûr qu’il y aura comme un petit air de revanche cette année. Spindrift, vainqueur du Multi One Championship 2012, tentera de se hisser le plus haut possible mais aura fort à faire face à Musandam-Oman Sail, Edmond de Rosthschild ou encore Virbac Paprec 70.

Ce dernier, fraîchement débarqué sur le circuit, a affiché clairement ses ambitions en dévoilant, il y a deux semaines, les noms des marins qui constitueront son équipage. Vincent Riou, Roland Jourdain ou encore Thierry Duprey du Vorsent, que l’on a tous vu performer à la barre de leur propre monture, viendront, en effet, ajouter leurs compétences à celles de Dick. Idem pour Erwan Tabarly et Pascal Bidégorry aux côtés de Guichard mais aussi pour Charles Caudrelier, Antoine Koch, Thomas Rouxel et Sébastien Col que l’on verra à bord du trimaran de Josse. Vous avez dit casting de rêve? Voilà, en tous les cas, de quoi garantir un sacré spectacle!

On l’aura compris, que ce soit en Multi50 ou en MOD70, le plateau est exceptionnel. Voilà pourquoi Prince de Bretagne ne pouvait pas choisir meilleur ambassadeur que le Maxi 80 de Lionel Lemonchois pour accompagner la flotte, de Valence à la baie de Morlaix. Le but pour le trimaran géant du double vainqueur de la Route du Rhum – La Banque Postale ? Etre, à l’occasion de ce tour de l’Europe des terroirs, le porte-drapeau des valeurs qui sont chères à la marque : dynamisme, fidélité aux gens et au territoire ou encore goût de l’excellence. Mais pas seulement car, lors de la prochaine édition en 2015 d’ores et déjà en préparation, l’organisation souhaite voir la série des Ultimes venir grossir les rangs. C’est pour cela que Lemonchois et son équipage seront mis au défi, durant ce mois de juin entre Espagne, Portugal, Irlande, Grande-Bretagne et France, de réaliser les meilleurs chronos sur chacune des étapes. En clair : d’établir des temps de références afin de pimenter encore un peu plus l’épreuve, à l’avenir. Pour cela, on peut compter sur l’expérience du Normand. D’autant qu’il dispose, depuis le 26 octobre dernier, d’une arme redoutable : son nouveau bateau – un ex trimaran 60 pieds, désormais équipé d’une nouvelle coque centrale et de nouveaux flotteurs, avec une longueur portée à 80 pieds (24,38 m). Un bateau taillé pour les plus grands records mondiaux, que l’on hâte, forcément, de découvrir en mode « record « sur cette Route des Princes 2013.

Jean-François Jacob : Secrétaire général de la Sica de St Pol, un des responsables de Prince de Bretagne - 'L’idée première est d’associer le monde maritime et les territoires… Après une discussion avec différents pays européens, la décision a été prise de créer cet événement. On le veut dans un esprit convivial et sportif, pour valoriser les territoires connectés à la mer. Cette première édition nous donnera envie d’en faire d’autres, notre volonté est de monter en puissance, que la Route des Princes devienne une fête européenne et internationale. L’ambition est d’en faire un des dix premiers évènements européens.'

Yves le Blevec, Actual: 'C’est une vraie course, un parcours qui donne vraiment envie. Je suis super content de participer. Cette alternance d’inshore et d’offshore va ressembler à des étapes de Solitaire du Figaro Eric Bompard cachemire. Les bateaux vont naviguer à vue avec une grande intensité du début à la fin, ça va être sportif ! Du côté de l’équipage, on va tourner un peu, on va inviter Luc Alphant sur deux étapes, et peut-être des gens issus de la Mini Transat.'

Erwan Leroux, Fenétréa-Cardinal: 'L’objectif est de naviguer au maximum, de passer des heures sur l’eau, et justement cette course va nous le permettre pour jouer avec les copains, et mieux appréhender le bateau. Cette course donne un vrai équilibre sportif à la classe multi 50, le circuit cette année est très intéressant…'

Gilles Lamiré, Rennes Métropole – Saint-Malo Agglomération: 'C’est une belle occasion pour prendre en main le bateau en équipage, ensuite ce sera en double sur la Transat Jacques Vabre, puis en solo sur la Route du Rhum. Sur la Route des Princes, je suis très fier de représenter ma région, de défendre notre territoire, nos produits locaux et notre culture.'

Yann Guichard, Spindrift: 'C’est super qu’il y ait une nouvelle course qui s’organise. Cette année, il y aura quatre bateaux, ce sera un super tour de l’Europe, les villes étapes sont magnifiques, le parcours est très intéressant. Partir de Méditerranée et monter dans le nord, d’habitude c’est dans l’autre sens ! On aura des conditions variées, peu de vent en Méditerranée et un passage de Gibraltar intéressant, tout comme le tour de l’Irlande. Les inshore et les offshore en Mod 70, c’est le parfait programme… Là, le jeu sera très ouvert, on va régater à couteaux tirés.'

Jean-Pierre Dick, Virbac-Paprec 70: 'On découvre notre nouvelle monture, c’est passionnant, un bateau très rapide, beaucoup de plaisir à le découvrir, et on attendait la Route des Princes pour être au contact des autres bateaux, ça va être passionnant. Le challenge cette année, c’est de rester lucide, mais je me suis bien reposé après le Vendée Globe. A bord, j’ai choisi de naviguer avec des gens issus de la course au large, plutôt que de l’olympisme. Il y aura Vincent Riou, Bilou (Roland Jourdain, ndlr), Guillaume Le Brec. Pourquoi pas faire des beaux coups ! C’est l’intérêt de la série des MOD 70, on peut rapidement être dans le jeu. Le parcours me plaît, parce qu’il part de ma mer natale, et arrive là où vit ma grand-mère, en baie de Morlaix!'

Sébastien Josse, Edmond de Rothschild: 'Le parcours est super. La Méditerranée m’est chère, parce que comme Jean-Pierre Dick, je suis de Nice, et j’aime le fait qu’il y ait beaucoup de courses au large, de longues étapes, dans le golfe de Gascogne notamment, et le tour de l’Irlande. Celui qui gagnera sera celui qui aura été le plus polyvalent… Cette année, l’équipage sera un peu différent, on va essayer d’être un peu plus régulier que l’an passé.'

Sidney Gavignet, Musandam – Oman Air: 'On a beaucoup navigué cette hiver, on s’est déjà frotté au vent irlandais. Nous sommes très contents de participer à cette Route des Princes. La fête du multicoque, c’est beau, c’est un renouveau, c’est une belle chose. L’Europe se prête bien au multi, le mélange des classes fera des belles arrivées, de beaux départs. Et pour Oman, c’est parfait pour faire connaître le pays aux européens… On apprend toujours en MOD 70, plus on navigue, plus apprend des choses, c’est un grand plaisir de travail et de navigation… Concernant, l’équipage, Farad c’est la continuité du projet, je suis fier de lui et de naviguer avec lui, c’est sa deuxième saison en MOD, il vient du Tour de France à la Voile, mon objectif est que d’ici deux ans, il soit un équipier pro…'

Lionel Lemonchois, Maxi 80 Prince de Bretagne: 'Oui, j’ai un peu le rôle de porte-drapeau. J’ai la chance d’avoir un partenaire qui me fait un beau bateau et organise une jolie course. La Route des Princes fait bien sûr partie de mes objectifs, même si on découvre le bateau depuis le début de l’année. Ce sera de la découverte et de la mise au point jusqu’à la route du Rhum. On sera cinq, on a le plus grand bateau mais on sera les moins nombreux à bord!'

Route des Princes